Course après le temps, transports éreintants, pression au travail, rythme de vie épuisant et manque de sommeil, nous sommes soumis à toutes sortes de stress. Se lancer dans une activité sportive est une manière saine de gérer cette pression permanente. Tous les sports sont-ils bénéfiques ? Quelle activité permet de chasser efficacement le stress ?

 

Nous en avions déjà parlé dans un précédent article. L’activité physique permet de déjouer les effets du stress en abaissant la pression artérielle, le rythme cardiaque, le taux d’adrénaline et de cortisol (hormones du stress). En contrepartie, elle stimule la production des fameuses endorphines, les hormones du bien-être, qui expliquent l’état d’euphorie post-entraînement et de la dopamine, qui intervient dans le circuit de la récompense. Prendre du temps pour pratiquer un sport, c’est aussi l’occasion au cerveau de passer en mode « off » quelques instants en lui permettant de se focaliser uniquement sur ce qu’il est en train de faire. Cela favorise l’ancrage dans le moment présent ainsi que l’éloignement des ruminations passées et des projections futures.

 

Activités qui défoulent ou qui canalisent ?

Instagram : @cecileesp

Certaines personnes auront tendance à choisir des activités qui défoulent comme exutoire, quand d’autres se tourneront vers des pratiques plus douces. De nature stressée et sensible, Lucile Dugal, est une jeune entrepreneuse qui a fondé Porridge Lab et découvert le yoga, il y a un an. « C’est ainsi que j’ai appris à gérer mon stress. Lorsque votre passion (ndlr : la cuisine) s’avère être votre métier, vous y pensez constamment. J’ai réussi à mettre en place une routine du soir et du matin afin de m’aider à canaliser mon énergie. Cela m’a permis d’aborder le quotidien avec plus de sérénité ». Si Lucile était plutôt de la team « défouloir » avec une pratique du fitness et du trail, elle aspire, aujourd’hui à 30 ans, à des activités plus en adéquation avec son mode de vie et qui l’aident à gérer son mental. « Il y a trois ans, je pratiquais du yoga grâce à des vidéos sur YouTube, ce rituel est devenu quotidien. Le yoga permet de bouger et d’étirer mon corps afin d’être plus alerte et productive avant d’attaquer la journée mais aussi de travailler sur la respiration pour gérer mon stress ». Cécile Espinasse pratiquait intensément des activités cardio comme le cycling indoor. Rédactrice indépendante, elle s’est également tournée vers le yoga et la méditation pour évacuer les tensions de la journée et la pression du freelance. « Le relâchement se voit même sur mon visage. Après une journée sous tension, j’ai les traits tirés. Je me rends au yoga et c’est magique ! Mon corps et mon esprit ressortent totalement détendus ».

 

Bien choisir son activité en fonction de sa personnalité

Si les personnes explosives s’orientent souvent vers des activités qui défoulent comme la boxe ou le cross-training, ce type de pratique peut contribuer au maintien des tensions. Une pratique canalisante basée sur l’endurance ou le contrôle du geste peut s’avérer plus intéressante : la marche nordique, le golf, le Pilates ou le yoga (il existe des pratiques dynamiques pour les plus hyperactifs effrayés par le calme). La course en pleine nature de type trail ou le VTT sont de bon compromis entre l’endurance et la technique.

Les personnes calment ou introverties pourront s’orienter vers des pratiques exutoires, qui requiert de la communication (comme les sports collectifs) ou encore de la concentration. On évitera le cardio monotone comme la course à pied, la natation ou les pratiques cardio-training en salle pour éviter d’offrir à l’esprit l’occasion de ruminer ses problèmes. Il reste toutefois intéressant de pratiquer ce type d’activités en variant les rythmes par exemple. Dans tous les cas, la pratique d’une activité quelle qu’elle soit apporte un mieux-être général et réduit le stress.

 

Un moment de déconnexion

Pour profiter de tous les bienfaits de sa pratique sportive, on déconnecte ! Pas question de répondre à un mail, un texto ou un appel en plein milieu de votre entraînement de running ou de Pilates. Par ailleurs, on privilégiera une pratique en plein air pour chasser le stress et l’anxiété. En 2008, des chercheurs de l’Université de Glasgow démontraient que les personnes pratiquant une activité physique en extérieur étaient plus heureuses que les pratiquants en salle de sport. « La santé mentale des personnes s’est améliorée d’environ 50% lorsqu’elles étaient physiquement actives dans un environnement naturel, par rapport à celles qui ne l’étaient pas […] le fait d’être dans des zones où il y a beaucoup d’arbres et de gazon aide à nous calmer », soulignait le directeur de l’étude, le Pr Mitchell.

Le sport ne doit pas être une nouvelle source d’angoisse ou de tension. On évite de se mettre la pression pour parvenir à un objectif ou se lancer dans une compétition si l’on n’est pas prêt physiquement et mentalement. Pour Guillaume Siber, préparateur physique et mental, « il est préférable de se mettre plutôt des routines d’entraînements pour arriver progressivement à son objectif ». Attention donc au programme d’entraînement trop alléchant avec de fausses promesses de « résultats garantis en 21 jours ». Au contraire, « laissez-vous 3 mois minimum pour parvenir à votre objectif afin que cela ne devienne pas un fardeau si vous n’arrivez pas à le tenir » rappelle l’expert. « Se lancer des défis personnels signifie tout simplement se tester : c’est notamment sortir de sa zone de confort. Cela revient à modifier son comportement, ses habitudes et sa routine en vue d’un résultat donné ». On se fixe également des objectifs positifs car « l’excès ou même la bigorexie (dépendance à l’activité physique) n’est qu’un filtre dangereux, qui peut juste cacher ce stress… » souligne notre préparateur physique.

Instagram : @guillaume_mental.trainer

 

Du sport mais aussi des exercices de respiration

Guillaume Siber recommande de pratiquer aussi bien des activités qui défoulent (course, boxe, cross-training, vélo, natation) que des activités de bien-être (Yoga, stretching, tai chi). Également hypnothérapeute, il conseille surtout des pratiques qui recentrent et réalignent le corps et l’esprit comme le Yoga, le Pilates ou la gym posturale.

Ces activités de bien-être renforcent le corps en profondeur et assouplissent les muscles et chassent les tensions de la journée. Aussi, elles travaillent sur la respiration : « elle développe la cage thoracique, améliore notre souffle, favorise une meilleure gestion du stress, aider à éliminer les toxines de notre organisme ».

Le stress est une réaction psychologique et physique de l’organisme devant une situation difficile qui demande une adaptation. « On peut donc le créer automatiquement ou le réguler par exemple avec de l’hypnose en préparation mentale, ou dans des exercices de respiration et de pleine conscience comme en yoga », explique notre expert Guillaume Siber. « Lorsque l’on est anxieux ou stressé, on ne se rend pas toujours compte que l’on respire de manière plus saccadée ». Réaliser des exercices de respiration permet d’augmenter la quantité d’oxygène dans le cerveau, de ralentir le rythme cardiaque et de détendre certains muscles.

 

Et en pratique

Vous pouvez réaliser des exercices de respiration en yoga, en sophrologie, en hypnose ou de cohérence cardiaque. Cette dernière est une pratique de gestion du stress et des émotions qui repose sur le contrôle de sa respiration. Simple, cette technique peut se pratiquer seule sans l’aide d’un thérapeute : 5 minutes de respiration rythmée avec 6 cycles respiratoires (inspiration/expiration) par minute environ pour réguler le système nerveux. Révélée en France par le Dr David Servan-Schreiber, elle possède de nombreux effets thérapeutiques : gestion du stress et de l’anxiété, meilleur sommeil, régulation de la pression artérielle, amélioration de l’apprentissage, de la concentration et de la prise de décision.

Découvrez la cohérence cardiaque en cliquant ici.