Objectif : être performant sur l’eau aujourd’hui mais aussi dans la durée. « J’ai envie de pouvoir encore naviguer, courir, randonner, surfer, voler… dans 40 ans ». Plus qu’un entraînement, c’est une philosophie personnelle mêlant passion et sagesse que l’ambassadeur des Athlètes du Bien-Être nous a livré avec enthousiasme. Le skipper du trimaran MACIF nous en dit plus sur sa préparation physique.

Pas de programme strict

François Gabart : « Je suis assez indépendant. J’ai aussi de la chance car mon sport exige de se maintenir en forme, mais pas de s’entraîner comme un forcené. Dans la voile on peut être navigateur pro pendant 40 ans. J’ai bien l’intention de préserver mon capital santé avec un rythme raisonnable. »

« J’essaie simplement de lier l’utile à l’agréable » 

Savoir adapter sa pratique sportive

FG« En course à pied par exemple, ça me plairait de faire un marathon, mais ce n’est pas forcément excellent sur le plan articulaire. Sur un bateau, il n’y a pas la nécessité de courir pendant 3h pour être performant. »

« Au-delà du physique pur, je dois me préparer à côtoyer des situations extrêmes » 

 

Image3

© Bernard Le Bars / Sojasun

La montagne, un terrain de jeu idéal

FG : « La montagne me prépare à être capable de prendre certains risques calculés et à sécréter de l’adrénaline. Au-delà du physique pur, je dois m’habituer à côtoyer des situations un peu extrêmes. »

Un entraînement multisports pour varier les plaisirs

Essayer de nouveaux sports permet de découvrir de nouvelles sensations et de ne pas s’ennuyer.

FG : « Je fais régulièrement de la course à pied, du kayak, du surf, du paddle et de la piscine. Du vélo aussi mais seulement pour me déplacer au quotidien. Enfin, je pratique le kitesurf de manière occasionnelle (par manque de temps). Ces différentes disciplines « outdoor » et aquatiques m’entraînent  à gérer l’imprévu et les éléments naturels. J’aimerais bien essayer le kite foil à l’occasion. Je trouve ça très beau esthétiquement, ne serait-ce qu’à regarder. Et aussi le planeur : j’en ai fait un peu quand j’avais 20 ans. Je trouve ça génial ! On te lâche au Sud des Alpes et tu peux faire 1 500 kms dans la journée. »

« J’aime bien faire du sport, même en vacances »