C’est dans un sprint effréné que va se lancer François Gabart à l’occasion de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à bord du trimaran MACIF. Pour ce match, l’ambassadeur des Athlètes du Bien-Être by Sojasun, depuis 2015, a mis toutes les chances de son côté, en soignant aussi son alimentation. Objectifs : performance et vigilance !

Le skipper du trimaran MACIF est face à un défi immense : une course de légende, la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, un trimaran Ultim de 32 mètres à mener en solitaire, une concurrence incroyable et des vitesses qui n’auront sans doute jamais été aussi élevées sur une course transatlantique. Et pour affronter ce sprint de 6 jours et quelques heures, voire moins, le recordman du tour du monde en solitaire (42 jours, 16 heures) a peaufiné sa vie à bord jusque dans les moindres détails.

Sailing onboard maxi trimaran MACIF with skipper Francois Gabart, during training off Port la Foret, South Brittany, on October 8th, 2017 - Photo Vincent Curutchet / ALeA

© Vincent Curutchet / DPPI / MACIF

Pour François Gabart, comme pour Sojasun, l’alimentation a toujours été facteur de bien-être pour tous et de performance pour les sportifs de haut niveau. Et depuis que Sojasun est devenu partenaire nutrition du programme trimaran MACIF et de François, la précision de ses avitaillements ne cesse de progresser.

En fonction de son alimentation, de la qualité de sommeil et de la dépense énergétique, l’usure s’installe à plus ou moins grande vitesse. Et dans le sprint que va affronter François Gabart à partir du 4 novembre, avec notamment des premières heures réputées âpres – mer formée, vents souvent forts, vigilance accrue et permanente du fait de la présence de nombreux bateaux de pêche et de cargos –, l’organisme du skipper solitaire va être follement sollicité jusqu’au passage des Açores.

Mais il va bien falloir manger, parce que ça fait du bien au corps et au mental, et il faudra le faire avec pertinence. Pour cela, le marin s’est appuyé sur une équipe d’experts. Autour de lui, Gwénaële Joubrel, la nutritionniste de Sojasun, Isabelle Magois, responsable logistique en charge notamment de l’avitaillement du bateau, et Laurent Sibert, chef cuisinier qui, depuis 2017, propose des plats préparés dont il améliore les qualités nutritionnelles course après course, en fonction des retours qu’il recueille.

« Je suis l’un des rares marins qui ne perd pas de poids quand je pars en course. Et pour cause… je suis un grand gourmand et il n’y a pas de raison que je mange moins bien en mer qu’à terre ! J’ai besoin de me faire plaisir même si les conditions pour s’alimenter sont souvent très compliquées. J’ai une équipe qui travaille avec moi sur ces sujets… et l’accompagnement de Sojasun permet de gagner encore en performance ! Bien manger n’est pas seulement bon pour mes performances physiques, c’est aussi indispensable pour mon moral et ça, c’est aussi un gage de réussite ! » François Gabart

© Sojasun – François Gabart et son équipe d’experts (de gauche à droite) : Laurent Sibert, Laure Jacolot, Gwénaële Joubrel et Isabelle Magois

Les protéines au cœur du match

Avec son format si spécifique, la Route du Rhum impose donc une vigilance extrême. Vigilance qui va être renforcée par les apports de protéines, reconnues comme le macronutriment favorisant la concentration. Si les plats stérilisés de Laurent Sibert en seront riches, les encas en constitueront des apports précieux également. Riche en protéines végétales, le soja est un pan important de la nutrition du marin charentais. S’il en boit, il en mange aussi, invitant Laurent Sibert à utiliser le haché végétal Sojasun pour la cocotte de pâtes bolognaises par exemple. L’avitaillement de François est réparti en sacs journaliers, dans lesquels les apports nutritifs quotidiens sont soupesés et adaptés aux conditions météo du moment. Plats préparés (et/ou nouilles chinoises), fruits pour les premiers jours, pastilles énergétiques, en-cas et grignotages savamment dosés sont validés par Isabelle Magois et Gwénaële Joubrel au point d’entendre dire Isabelle qu’« Entre les plats préparés par Laurent Sibert, et tout le reste, ça donne presque envie de partir… ».

Huit sacs, huit jours, et un supplément : Les secrets de l’alimentation d’un champion

Voici comment est organisé l’avitaillement de François Gabart.

Au total : 28kg réparti dans des sacs journaliers, qui pèsent 2,5 à 3kg chacun.

Chaque jour :

– 1 litre de boisson Sojasun calcium
– Le plat du chef avec son accompagnement et légumineuses
– Soit un plat préparé d’une marque classique, soit du thon nature sous vide accompagné de pâtes chinoises, soit des steaks de soja.
– 1 plaquette de viande des Grisons, de saucisson ou de filets mignons de porc séchés en guise de snack salé.
– 1 tablette de chocolat tous les deux jours (50g/jour) plus les petits carrés chocolat, des compotes de pomme, tout en bio
– Du muesli pour le petit-déjeuner, bio également, accompagné d’une boisson au soja
– Des fruits secs et salade de fruits.

Les plus :

– Des desserts au soja et des carrés de chocolat, le péché mignon de François
– Pour le départ, François partira avec une cocotte de pâtes bolognaises au haché végétal, qui sera apportée sur le bateau dimanche matin.
– Il partira avec 6 packs de 6 bouteilles de 1,5 litre d’eau.
– Un sac de « secours » contenant des plats lyophilisés, des pâtes chinoises, de la ratatouille et du thon nature, au cas où.

© Alexis Courcoux / Sojasun

Isabelle Magois s occupe de l aviltaillement du Trimaran Macif avant la tentative de Record autour du Monde en Solitaire - Skipper : Francois Gabart - Port la Foret le 20/10/2017

© Alexis Courcoux / Sojasun

© Olivier Blanchet / Sojasun